• COMME UN OCEAN ...

      

    COMME UN OCEAN ...

      

    Un océan de mots
    Un mot ... océan
    Puits du néant
    Tu gardes tant de maux

    Ta vaste étendue
    Que de paroles bues
    Tu sépares les coeurs
    Souvent remplis de douleurs

    De l'arc-en-ciel
    Tu en es la corde
    Et le coeur de ma belle tu abordes
    Là où tu rencontres le bleu du ciel

    Si tu joues avec ton ami le vent
    Oui, certes naissent des vagues
    Mais avec toi il s'amuse bien souvent
    Et à la fin ce ne sont que ... blagues

    Ton lit est si profond
    Que ton âme si morfond
    Si tu séchais tes larmes
    Oh océan ... où seraient tes armes

     

    Gregor


    votre commentaire
  • J'ai traversé un pont ...

     

    J'ai traversé un pont ...

      

    A l’horizon , lentement le soleil se couche
    Au jour succède la nuit et à la nuit... le jour
    Ce soir , mon cœur prend une dernière douche

    Quand les larmes inondent les yeux
    La mer devient un immense océan
    Dans mon cœur un vide béant

    Dans mes larmes je puise un océan de mots
    Tel un torrent impétueux , un vrai flot
    De l’autre côté , un autre rivage

    Qu’il est doux de regarder ton visage
    Son image s’efface par ta présence
    Tes mots doux comblent son absence

    La Vie accumule les souvenirs
    Parfois pour faire aussi souffrir
    Mais la Vie est un ... devenir

    Hier est lié au passé
    Tel un pont qu’on a traversé
    Et demain , pas encore ne nous appartient

    C e soir ,
    J’ai traversé un pont ... celui de la solitude

     

    Gregor


    votre commentaire
  • Quand tu deviens poésie . . .

     

    Quand tu deviens poésie . . .


    Quand la beauté de tes... mots
    Se mélange à celle de tes yeux
    Dans ce regard, un coin de ciel bleu
    Quand à l’étang s’abreuve la biche
    Et qu’un jeune coucou salue le jour
    L’aube et l’aurore, jamais ne trichent
    Pour saluer la beauté de ton Amour

    La cascade, au pied de la source
    Ton nom murmure en douceur
    Et mes lèvres sèchent les larmes
    Ce soir, un coeur dépose ses armes
    Depuis que le monde est monde
    Une rose reste toujours une... rose
    Seul, avec ce tonnerre qui gronde

    L’attente est grande pour ce coeur
    Quand le désir est immense,il ose
    Un jour, mettre à plat tous ses maux
    Quand il n’y a que du malheur
    Qui prend la place du bonheur
    Lentement se vide un... coeur
    Lentement... celui ci se meurt

    C’est toujours avant l’hiver
    Que tombent les feuilles
    Et cela ne date pas d’hier
    Qu’au printemps, finit le deuil
    Quand tu deviens... poésie
    Et le temps distille ma peine

      

    Gregor


    votre commentaire
  • Tu m’as appris à aimer . . .

     

    Tu m’as appris à aimer . . .


    Le chemin de l’Amour est long
    Déploie les ailes jeune papillon
    Le vent est là, doux et... fort
    Sèche tes larmes, demain et encore

    Comme les étoiles sont le firmament
    Je serai fidèle à tous nos serments
    Quand vieux, je prendrai ta main
    Je te parlerai encore de lendemains

    Un jour, de nouveau le soleil brillera
    Et pourtant, quand cela arrivera
    L’éclair durera un seul instant
    Je te reconnaîtrai à ce moment

    Aujourd’hui il pleut dehors
    Et mon coeur bat encore si fort
    En fermant les yeux… lentement
    Tu m’as dit au revoir, éternellement

    Si les larmes, mon regard inondent
    C’est que tu n’es plus de ce monde
    Ton Amour, pour toujours tu m’as donné
    Le jour où tu m’as appris à... aimer

      

    Gregor


    votre commentaire
  •  

    Un coeur, une larme. . . sur la patinoire du temps

     

      

    Un coeur, une larme. . . sur la patinoire du temps

      

    L’hiver est rude cette année
    Déjà le Nouvel An est passé
    Le froid a ralenti toute vie
    A l’oiseau, une mie... sa survie

    L’étang est gelé, totalement figé
    Tel le coeur, de cet homme affligé
    Tout autour, les arbres givrés de blanc
    Semblent défier le temps en brillant

    Des pleurs, il en a plein le coeur
    Qu’il garde, ainsi son malheur
    Et aimer le comble de bonheur
    Quand il remplit d’Amour les coeurs

    Même si l’hiver n’est pas éternel
    Souviens toi encore et toujours d’Elle
    L’hiver cessera aussi dans ton coeur
    Le jour où cesseront enfin tes pleurs

    Dans l’écume d’une vague, elle se réfugiera
    Cette dernière larme tombée en forme de coeur
    Toi, oui toi, qui sait... si un jour tu la découvriras
    Alors pour toujours, elle t’apportera le vrai bonheur...

     

    Gregor


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires